mercredi 14 février 2007

L'ETOILE ET LE FOU

Elle est l'Etoile. Il est le Fou.
Ne croyez pas qu'elle brille en haut et qu'il l'adore en silence.
Leurs pieds à tous deux trébuchent, ils se rattrapent où ils peuvent, à présent ils se rattrapent l'un à l'autre. Sans doute est-il plus près qu'elle du coeur des choses, du secret de l'univers.

Elle regarde le ciel. Elle sait déchiffrer le langage des étoiles. Elle en porte une au cou, parfois. Elle sait que de toutes les lumières, la leur est la plus précieuse et la plus sûre. Les étoiles nous rappellent que quelqu'un veille pour nous, quelque part. Un Homme, une Mère, un Roi, un Infini, ou seulement le Monde, mais peu importe, quelqu'un veille, quelqu'un nous réchauffe le coeur, serre notre main dans la nuit froide. Ce n'est pas un prince qui viendra, c'est un prince qui est déjà venu, qui vient toujours, qu'elle porte en elle.
Avec cette certitude-là, cette lumière-là, elle peut se tenir droite et regarder haut devant elle.
Les constellations brillent dans ses cheveux. Elle a gardé des phares, et parfois, porté le nom de Hope.

Il porte un havresac sur son épaule. Il craint bien que le sac soit vide, en fait. Il sait qu'il doit partir encore, recommencer encore. Il en souffre, de la douleur des noeuds qui mordent la chair quand on les défait. Il s'en émerveille : le Monde est nouveau, les Possibles, infinis. Il est ébloui, il assure sa prise sur le sac, il avance. Il regarde aussi le ciel, et regarde l'Etoile, mais parfois baisse les yeux vers le sol. Il est sage, comme tous les Fous, et ses yeux voient clair derrière les voiles du monde. Il sait qu'il y a des racines qui dépassent, toujours, des cailloux pointus sur le chemin, qui attendent de le faire tomber. Mais il avance. Les gens qui pensent en ligne droite l'appellent Fou, mais il est d'autres gens qui l'envient. Il accepte ce titre, et s'en drape. Il sourit en secret et hoche la tête : "Je suis fou, en vérité."

Il est le Fou comme elle est l'Etoile, comme ils furent et sont et seront bien d'autres choses et bien d'autres cartes.
Mais ni sa lumière à elle, ni sa sagesse à lui, n'importent plus vraiment.
Ils vivent le même rêve et partagent la même folie.
Ils marchent sur la même route, et leurs yeux se portent ensemble sur le ciel et la terre.
Ils sont fous tous deux, et les mêmes étoiles éclairent leurs yeux.
Ils sont les Amoureux.

3 commentaires:

Le Gabian a dit…

Bonne route :-)

Anonyme a dit…

Ma Reine-Soeur, tes mots sont comme toujours si justes et beaux. Et même si cette route t'éloigne, je sais qu'elle vous sera douce à tous deux.
Je t'aime.
C.

Shaya a dit…

We are the Moon and the Sun. Will we meet? Bonne route :) . (PS : miss you.)