mercredi 6 septembre 2006

TROIS MOIS

Je t'aime. Tu ne liras pas ces mots, puisque tu n'as pas cette adresse. Et tu ne les liras pas parce que ce serait trahir notre engagement.

Mais je t'aime. Tu m'aimes. Désespérement, c'est vrai, mais immensément, profondément, absolument, ta Christianification s'aggrave puisque tu la compliques d'adverbes.

Et je ne faillirai pas à mon serment. Trois mois.

Parce que tu es ce que tu es, et que je ne te voudrais pas autrement. Mais aussi parce que c'est, les contes savent bien, un Grand Amour.

3 commentaires:

Joshua Guthrie a dit…

Les désirs sont faits d'attentes.
Les attentes sont faites de désirs.

"Le miel n'est jamais vraiment le miel sans le vinaigre"

Et l'Amour n'est jamais aussi fort sans ses défis constants...



You shall carry on and I shall carry you whatever your future holds for you =)

Alba a dit…

Je ne dirai jamais assez à quel point votre amour me touche et m'honore, mes amis très chers. Merci.

Cyndaril a dit…

On récolte ce que l'on sème... et tu as semé tant d'amour qu'il est normal que nous t'en donnions, nous aussi :)